Distinction Palace: décryptage

La genèse. Mise en place en 2009 lors de la réforme du classement hôtelier lancée par l’ancien secrétaire d’Etat au Tourisme, Hervé Novelli, la catégorie 5 étoiles comble un vide énigmatique dans un pays symbole du luxe et du raffinement. Une distinction Palace vient donc valoriser les hôtels présentant « un intérêt historique, esthétique et/ou patrimonial particulier ». « Il faut répondre aux exigences d’une clientèle venue de Chine, de Russie et du Brésil qui n’a aucune idée de ce qu’est le Bristol ou le George-V », ajoute François Delahaye, responsable des opérations du groupe Dorchester Collection (propriétaire notamment du Meurice et du Plaza Athénée, à Paris) et chargé, avec deux confrères, d’établir les modalités du label.

L’attribution. L’arrêté du 8 novembre 2010 officialise la distinction Palace. Son obtention est soumise à près de 150 critères matériels et à l’appréciation d’un jury (architecte, écrivain, artiste, chef d’entreprise…) chargé d’évaluer, entre autres, la qualité de service, le caractère exceptionnel, l’architecture et l’esthétique des lieux. Sur la centaine d’hôtels déjà titulaires d’une 5e étoile, 12 seulement avaient déposé leur candidature au 31 décembre. Résultat des courses à partir de fin mars ou début avril, avant une prochaine vague de sélection.

Le débat. Pour certains, l’obligation faite aux nouveaux 5-étoiles d’attendre trente mois avant de présenter leur candidature freinerait l’entrée des concurrents au profit d’hôtels mythiques mais un peu vieillissants. « Un critère de temps pourtant primordial pour que l’enseigne atteigne ses objectifs de services, comme un restaurant doit faire ses preuves avant d’obtenir ses étoiles », rétorque François Delahaye. « De toute façon,ces anciens hôtels ne sont pas assurés de répondre aux critères et d’obtenir la distinction, ajoute Michel Jauslin, PDG du Park Hyatt Paris Vendôme. Une chose est sûre : l’expression Palace ne sera plus galvaudée et offrira une vraie lisibilité. »

Source: lepoint.fr